Boulettes suédoises

Il faut savoir dans la vie se donner du temps et de l’espace.

Proverbe suédois, dictionnaire des proverbes, 1836

Le temps,

Celui qui inlassablement file toujours plus loin. Il ne s’arrête pas de courir.

Au début de notre vie, il traîne les semelles sur le sol, freinant la marche, puis il commence à marcher et d’un bon pas nous transporte d’années en années.

Au milieu de notre vie, il commence à trottiner, c’est alors que nous pratiquons un trail, qui nous fait gravir des collines, puis des montagnes que nous pensions infranchissables. Mais le temps, qui ne se lasse jamais de nous voir grandir, puis vieillir, nous pousse à avancer, encore et toujours. La montée peut être rude, difficile, accompagnée de larmes, de douleurs, de déceptions pourtant il faut avancer, il faut continuer, le temps, que dis-je, la vie, ne s’arrête pas encore.

Une fois au sommet de notre vie, on court pour descendre de cette montagne, on court, sans s’arrêter et aussi vite que s’égrainent les grains de sable du désert, poussés par le vent rafraîchissant, nos années filent rapidement et inexorablement, nous accompagnant tout au long du temps qu’il nous reste. Bonheur, joie, douceur, tous ces petits riens qui nous font oublier les larmes de la veille.

Le temps qui passe et s’efface, ne revient jamais. Les secondes et les minutes de nos vies, inscrites à l’encre indélébiles sur nos cœurs, marquent notre histoire, notre passage.

Sachant cela, comment occupons-nous notre temps ? Comment profitons-nous de nos secondes, de nos minutes ? De nos heures ? De nos jours, nos semaines, nos mois, nos années ? Si tant est qu’il nous en reste? Que faisons nous entre 2 montagnes à gravir, quand ce temps à l’air de filer un peu plus calmement? Nous créons-nous du temps ? Du temps de qualité, du temps inoubliable, dans les moments appaisants, reposants, savons-nous nous créer du temps pour nous, tout simplement ?

Pendant un moment, il m’a manqué du temps, de l’espace, j’avais alors une impression de tourbillon sans fin, un tourbillon dont je ne pouvais pas m’extirper, certains diront que c’est ainsi, le tourbillon de la vie. Mais pendant que tu tournes dans tous les sens, sans pouvoir t’arrêter, peux-tu profiter de ta vie ?

Le temps est sauvage, infatigable, il ne s’arrête jamais. Il est indomptable mais si tu te sens fatigué, il se laisse monter, laisse-toi doucement emmener en balade, profite du paysage, profite de ce qu’il a prévu pour toi et avance.

Eh bien… Ce proverbe suédois m’a bien inspiré autant qu’il a inspiré ma cuisine avec ce plat de boulettes suédoises.

Servies avec une fraîche salade de haricots verts et des pâtes alsaciennes, elles ont été dévorées par mes enfants affamés.

Préparation: 30 min

Cuisson: 25 min

Ingrédients pour 6 personnes:

Pour les boulettes:

  • 350g de bœuf haché
  • 350g de porc haché
  • 1 oeuf
  • 30cl de crème liquide
  • 1 oignon
  • 30g de chapelure (ou 1 tranche de pain de mie)
  • 2 pommes de terre cuites
  • 5 cuillères à soupe d’huile végétale
  • 1 cuillère à soupe de 4 épices en poudre
  • sel/poivre

Pour la sauce:

  • 10cl de crème liquide
  • 20cl de bouillon de légumes
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja
  • 1 cuillère à soupe de farine
  • sel/poivre

Matériel:

  • 1 planche à découper
  • 1 bon couteau
  • 1 grand saladier
  • 1 assiette
  • 1 cuillère à soupe
  • 1 presse purée
  • 1 bol
  • 1 grande poêle

Préparation:

Épluchez, lavez et émincez l’oignon. Faites-le dorer à la poêle. Réservez.

Pressez les pommes de terre cuites pour en faire de la purée. Réservez.

Dans un grand saladier, mélangez les viandes hachées, l’oignon doré, la purée de pommes de terre, la chapelure (si vous utilisez une tranche de pain de mie, il suffit de la couper en petits morceaux et de les laisser tremper dans un peu de lait), la crème.

Assaisonnez de sel, de poivre et des 4 épices. Incorporez les cuillères d’huile.

Façonnez les boulettes. Posez-les sur une assiette le temps. De toutes les faire.

Faites dorer les boulettes dans une poêle chaude à feu doux.

Ôtez les boulettes de la poêle et déglacez avec le bouillon, la sauce soja et la crème. Mélangez bien en grattant le fond de la poêle pour décoller les sucs de la viande.

Laissez mijoter à feu moyen, 10 minutes. Faites épaissir avec la farine.

Replacez les boulettes dans la poêle. Et laissez brunir la sauce.

Une recette qui invite au voyage sans bouger de sa cuisine.

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, vos remarques, qu’ils soient bons ou mauvais. N’hésitez pas à partager les recettes qui vous plaisent car c’est vous qui faites découvrir aux autres mon travail dans les méandres de la toile culinaire.

Vous pouvez me contactez via les réseaux sociaux, via les commentaires sous les articles. J’aime échanger avec vous et voir aussi les recettes du blog que vous testez.

Merci pour votre soutien !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s