Biscuits de Noël Rudolphe

Les clochettes commencent à tinter à nos oreilles, les sapins sont installés dans les maisons, bien décorés par nos enfants qui attendent Noël avec impatience. On laisse planer quelques chants de Noël dans les airs, on attend la neige et ses flocons qui dansent avec légèreté dans un ciel tout blanc, le froid qui rougit nos joues et le bout de notre nez.

Des odeurs de cannelle, d’anis, de fruits secs, noisettes, noix, amandes, se répandent dans la cuisine et dans tout l’appartement. D’ailleurs, tout l’immeuble en profite.

Les plus petits passent des heures devant la porte vitrée du four à regarder, le menton posé sur les mains et les coudes sur les genoux, les bredeles grossir, brunir et cuire lentement. Aucun doute, nous sommes à quelques jours de Noël.

Cette année, il n’aura pas une grande saveur pour moi, pas plus de 6 à table nous conseille le gouvernement. Cela ne nous permettra certainement pas de nous réunir, ma maman, ma soeur, mon frère et moi. Nous sommes bien plus que 6. 1 mètre de distance entre chaque convive et un masque sur la bouche…A moins d’avoir une table digne de gargantua, ou une salle à manger aussi grande que celle de l’ogre du petit poucet…Je ne vois pas comment faire.

Les enfants sont déjà tristes de ne pas pouvoir fêter Noël avec leurs cousins. Bien plus que fêter Noël, ce jour nous permet de nous réunir, de nous retrouver dans nos vies qui défilent à 100 à l’heure. Nous nous levons chaque matin, nous travaillons 8h par jour, voir plus, avec le confinement les enfants ne connaissent que la maison et l’école. Les jours qui viennent de passer avaient une saveur bien triste. Ce jour aurait été une petite pause dans nos vies qui défilent. Une pause qui nous aurait permit de nous retrouver, de respirer, d’oublier les tracas, une pause qui nous aurait permit de rire, de souffler, de penser à autre chose que métro/ boulot/ dodo.

J’ai 36 ans aujourd’hui. C’est le premier Noël que je ne fêterai pas avec ma maman. Le premier Noël, où je ne passerai pas l’après midi à jouer à des jeux de société avec mon frère et ma soeur. Le premier Noël où mes enfants ne pourront pas voir leurs cousins ou embrasser leur mamie. Et quand j’y pense, un brin de nostalgie m’envahit. Je pense aux Noëls de mon enfance, ces temps traditionnels, riches de simplicité, ces souvenirs impérissables. Mes enfants en auront-ils? Pourront-ils eux aussi à leur tour, raconter leur Noël, leurs joies d’enfant à leurs propres bambins. Une page s’est tournée.

Pour consoler mes petits lutins, j’ai commencé à confectionner des bredeles. Pour les non alsaciens, les bredeles sont des biscuits de Noël, pas vraiment des sablés. J’entends souvent çà. Mais ils ont une autre texture. Tout est dans le tour de main. Sur le blog, il y a déjà quelques recettes. En voici une inédite. le Rudolph.

Pâte à la noisette et à la cannelle. Une pointe de confiture de fruits rouges pour le petit nez rouge du célèbre renne. Mon emporte pièce, je l’ai trouvé chez Ikéa, il y a quelques années, mais depuis j’en ai vu fleurir dans tous les magasins. Vous en trouverez facilement.

Comme toujours avec les bredeles, le plus dur n’est pas la confection de la pâte mais celle du biscuit et sa cuisson. Il faut absolument qu’ils aient à peu près la même épaisseur, sinon, certains cuiront plus que d’autres. Et puis, je prépare les pâtes 2 jours en avance. Je les emballe et les place au frais, pour qu’elle puisse avoir toute la saveur des épices et des noisettes.


Temps de préparation: 30 minutes

Temps de repos de la pâte: 2 jours

Temps de cuisson: 7 minutes


Ingrédients:

  • 250g de farine
  • 120g de sucre semoule
  • 100g de beurre
  • 2 oeufs
  • 125g de noisettes, amandes, ou noix moulues, au choix. ( je choisis les noisettes, on préfère au goût)
  • 1 cuillère à café d’épices à pain d’épices
  • 1 cuillère à café de cannelle
  • 1 cuillère à café de cacao non sucré
  • Confiture de fruits rouges (j’utilise de la confiture de framboises)

Matériel:

  • 1 saladier
  • 1 batteur électrique ou 1 robot
  • film alimentaire
  • 1 emporte pièce Rudolph
  • 1 rouleau à pâtisserie
  • 1 plaque de cuisson allant au four
  • papier cuisson
  • 1 petite cuillère
  • 1 cure dent
  • 1 boîte pour conserver les petits biscuits

Préparation:

Dans un saladier, mélangez la farine, les noisettes (ou l’amande, ou les noix), les épices (cannelle, épices à pain d’épices) et le cacao non sucré. Ajoutez le sucre.

Ajoutez les oeufs et le beurre à température ambiante. Mélangez le tout. Vous devez obtenir une pâte homogène.

Formez une boule, emballez-la dans du film alimentaire et laissez reposer au frais 2 jours. Moins si vous êtes pressés ou gourmands.

Avec un rouleau à pâtisserie, abaissez la pâte sur un plan de travail fariné. Enfin, à l’aide de l’emporte pièce, confectionnez des petits Rudolphs. Posez-les sur une grille ou une plaque allant au four, recouverte de papier cuisson.

Préchauffez le four à 180°.

Avec un cure dent, piquez des yeux. puis faites un petit renfoncement pour le nez, sinon la confiture va couler à la cuisson.

Recouvrez le nez avec une pointe de confiture de framboises ou de fruits rouges.

Enfournez les biscuits à mi-hauteur et laissez cuire 7/8 minutes. Vérifiez selon votre four. Si les bords commencent à brunir il est temps de les sortir du four.

Laissez-les refroidir et enfermez-les dans une boîte de peur qu’ils ne s’échappent.

Comme pour toutes les sortes de bredeles, évitez les boites en plastiques, ils ramolissent.

Et voilà, vos Rudolphs sont prêts à être croqués.

2 réflexions sur “Biscuits de Noël Rudolphe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s